• Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Partager sur Google+

Dans quelques semaines, vous allez intégrer l’Efrei. Une rentrée synonyme de reprise des cours, mais pas seulement. C’est aussi le retour des associations.

L’Efrei en compte 43 dans divers domaines. Certains étudiants choisissent une association sportive ou de musique, d’autres sont attirés par l’humanitaire et ont mis un pied à Efrei Aides Humanitaires sans jamais le retirer. Et pour cause, depuis 24 ans EAH agit pour rendre l’éducation accessible à tous, en France et dans le monde entier.

Dans ce dossier, vous verrez comment l’humanitaire peut rythmer votre cursus. Un juste équilibre entre passion et études que des centaines d’Efreiens ont su trouver notamment avec le soutien de l’établissement : Aude [promo 2016] est l’une d’entre eux.

Une aventure à vivre main dans la main avec l’Efrei

Et si vous choisissiez l’humanitaire ?

L’humanitaire… Un domaine qui couvre des opérations très variées. Leur point commun ? Le souci de l’être humain. Avant une quelconque initiation, mieux vaut en comprendre les enjeux et s’intéresser aux tâches qui peuvent vous être allouées ainsi qu’aux difficultés que vous pouvez potentiellement rencontrer. Le plus important reste bien sûr la motivation, vous dira-t-on à EAH, l’association Efrei Aides Humanitaires. EAH qui vous formera à l’entraide, vous enseignera la solidarité pour préparer votre avenir et améliorer celui des autres. Plusieurs centaines d’Efreiens se sont déjà lancé dans l’aventure. Et pour cause, EAH a été créé il y a 23 ans ; c’est l’une des plus importantes associations du campus. Son objectif est simple : mener des actions sociales et humanitaires afin de réduire la fracture numérique mais également favoriser l’égalité des chances quant à l’accès à l’éducation, aussi bien en France que dans des pays en voie de développement. Parmi les actions menées par les étudiants :

  • Le projet PEPS (Pôle d’Education Prioritaire par le Supérieur) : aide à la préparation du brevet destinée aux collégiens de 4ème et de 3ème en ZUP (Zone à Urbaniser en Priorité) sous forme de cours hebdomadaires d’1h30
  • Les projets Solidar-IT (convois humanitaires) : préparation et envoi de matériel informatique à l’étranger et récolté auprès de particuliers et de professionnels d’entreprise. Sur place, les étudiants effectuent les installations et rencontrent les bénéficiaires.
  • L’organisation d’actions et de journées de sensibilisation sur le campus (Téléthon, Sidaction, etc.)

 

Le mot du Président : Brahim [promo 2015]

« Plusieurs dizaines d’élèves et d’anciens sont actifs au sein de l’association. Car même après leurs études, la plupart d’entre eux reste très investie. C’est dû à leur fort attachement à l’Efrei ! Au sein d’EAH, on joint l’utile à l’agréable mais il ne faut pas oublier que nous sommes là pour agir. Les plus investis ont la chance de partir sur les convois humanitaires. Alors pourquoi pas vous ? »

 L’équipe d’EAH.

Aude [promo 2016], une étudiante solidaire

Si vous aimez les parcours atypiques, voici celui d’Aude [promo 2016]. Cette jeune femme dynamique et très souriante fait preuve d’une grande implication. Originaire de Clermont-Ferrand, elle s’installe en région parisienne pour intégrer l’Efrei en 2011. « Une école qui propose de belles opportunités et dispose d’une ouverture à l’international intéressante ». Avide de contact et de découverte, Aude a trouvé l’école qui lui correspond… Même si comme tout arrivant dans une région inconnue, elle avoue avoir eu quelques difficultés à s’intégrer, cela n’a pas duré. « Les associations de l’école m’ont permis de mieux m’intégrer. On apprend à connaître des étudiants de toutes les promotions tout en sortant du système scolaire. » En parallèle, la jeune femme de 21 ans a entrepris de faire du bénévolat à la Maison des Parents de Villejuif. Un goût pour l’entraide qu’elle n’a plus cessé d’entretenir. Elle réalise donc son premier voyage au Togo pour une mission de soutien scolaire en juillet 2012. Passée en L2, Aude devient Responsable partenariats d’EAH. « Grâce à cette association, je consacre mon temps libre à ma passion : l’humanitaire », témoigne-t-elle. Une implication vivement encouragée par l’école qui soutient logiquement ce genre d’initiatives.

Avec EAH, Aude réalise un premier convoi au Burkina Faso en décembre 2013. Elle y reste une semaine avant de rejoindre un orphelinat togolais pour un mois. Eprise pour ce genre de missions, elle y consacre également une partie de sa L3, notamment en concrétisant un projet de longue date : le Students Challenge (photo ci-contre), un raid de deux semaines réalisé au Maroc en février 2013. Ses derniers déplacements avec EAH ? En mars 2014, les étudiants ont installé une salle informatique pour SOS Villages d’Enfants au Maroc ; le mois suivant, ils se sont rendu au Burkina Faso. « J’ai vécu des expériences formidables que je n’oublierai jamais. Ce sont des aventures uniques de la vie qui nous permettent de mûrir. » Et malgré ce temps important dédié à l’humanitaire… « J’ai réussi à valider mon année pour passer en M1 avec la Majeure de mon choix. Ce n’était pas évident mais j’y suis parvenue grâce à un travail personnel important », s’enthousiasme-t-elle.

Pour Aude, la reprise des cours se fera en octobre. Elle consacrera moins de temps aux associations mais ne perdra jamais de vue sa passion. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne saisisse de nouvelles opportunités. Destination ailleurs.

 

3 questions à… Aude

Que ce soit en France ou sur le continent africain, Aude a vécu des expériences hors du commun. Retour sur ce qui a poussé cette jeune femme à tant d’engagement et de solidarité, sur ce qui l’a forgée et ce qui constituera ses futures aventures.

Les actions humanitaires te passionnent de plus en plus. Mais d’où cela te vient-il ?

J’ai toujours voulu être éducatrice spécialisée mais avec la situation économique de notre pays, c’est devenu compliqué d’un point de vue financier. Je me suis donc lancée dans des études qui me plaisaient avec l’idée que, plus tard, je pourrais toujours concilier ma formation scientifique avec ma passion pour le social. L’Efrei était un choix logique puisque je pouvais déjà concilier mes études et ma passion. Je suis plus que satisfaite de mon choix : dans tout ce que j’entreprends, je suis soutenue par l’Efrei.

Justement, tu as pu réaliser de nombreuses missions humanitaires. Qu’en retires-tu ?

Paradoxalement, la première chose que j’ai ressentie après mon premier voyage au Togo, c’était du bouleversement notamment à cause des différences de cadre de vie et de manière de penser. Côtoyer des personnes qui n’avaient rien et ensuite revenir vivre dans mon confort parisien m’a fait culpabiliser… Je me suis beaucoup remise en question mais j’ai finalement relativisé. Cela m’a permis de poursuivre mon travail pour diverses missions humanitaires en France et à l’étranger. Grâce à cela, j’ai beaucoup appris sur moi et sur les autres. En effet, quand on entre dans ce milieu, le mot solidarité prend tout son sens ! Ces expériences m’ont donné envie d’aider les autres à travers mon travail. Je veux m’y consacrer pleinement.

Quels sont tes prochains projets ?

A la rentrée, j’intègre la M1 « Architecture et Systèmes d’information ». C’est une année qui demande davantage de travail. Pour pouvoir continuer l’humanitaire, je pense réaliser mes prochains stages dans des ONG. Pourquoi pas en Australie pour améliorer mon anglais, langue indispensable pour travailler dans ce milieu ! Je ne sais pas encore ce que je ferai après l’Efrei : poursuivre mes études et me spécialiser ou bien commencer à exercer pour des ONG… Je me pose encore beaucoup de questions à ce sujet. Une chose est sûre, l’humanitaire fera partie de mon projet professionnel !

Une aventure qui s’inscrit dans la durée

> Rentrée : retour d’EAH sur le campus

> 3-4-5 octobre : WEI

> Mi-octobre : reprise du projet PEPS

> Dans l’année : 3 convois humanitaires seront organisés

> Jusqu’en mai 2015 : ne manquez pas les journées de sensibilisation (Téléthon, Sidaction, etc.)

Avis aux passionnés et aux curieux : les membres du bureau d’EAH sont continuellement actifs ! Vous pouvez donc les contacter dès aujourd’hui pour plus d’infos : eah.bureau@wedus.org

25 juillet 2014

Partager cet article

  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Partager sur Google+