• Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Partager sur Google+
 Neuronaute. Ce n’est ni une personne qui va dans l’espace ni un robot qui étudie les capacités du cerveau même s’il a fallu une idée ingénieuse à Pierre Frouin [Promo 2005] pour imaginer ce produit innovant en e-santé sous l’égide de BioSerenity, la startup qu’il a créée en 2013. Il s’est lancé dans cette aventure après avoir exercé pendant 9 ans dans le secteur de l’industrie de la santé et notamment au Vietnam. Il a aujourd’hui 31 ans et va bientôt commercialiser le fameux Neuronaute.

 

Nous sommes en plein boom de création de startup. Bio Serenity existe depuis plus d’un an déjà. Comment as-tu initié sa création ?

Avec mon expérience dans le domaine de la santé et au vu des projets qui commençaient à germer dans ma tête, j’ai décidé de monter une startup. L’équipe de BioSerenity a rapidement intégré les locaux de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM) à l’hôpital Pitié-Salpêtrière de Paris début 2014.

La société emploie désormais 12 personnes et recrute régulièrement des élèves-ingénieurs de l’Efrei en stage. Notre quotidien, c’est un travail de collaboration avec des chercheurs et des médecins de l’hôpital… Et c’est assez intense !

Pierre Frouin [Promo 2005]

Et pour preuve, BioSerenity va bientôt commercialiser un produit novateur sous le nom de Neuronaute. En quoi consiste-t-il ?

Le Neuronaute est un vêtement connecté qui permet le suivi et le diagnostic de l’épilepsie via une application smartphone. Ainsi, aux premiers signes de crise, les capteurs biométriques intégrés dans le vêtement envoient une alerte à l’application. Par un processus de transmission de données à un cloud médical sécurisé, le neurologue accède à distance aux informations envoyées par le vêtement et peut réaliser un diagnostic.

Comment a germé l’idée du Neuronaute au sein de BioSerenity ?

L’ingénieur Efrei est imprégné des technologies de demain. Qui plus est, je me suis spécialisé dans le secteur de la santé, j’étais donc bien placé pour prendre part à l’élaboration d’une nouvelle génération de technologies médicales utilisant l’Internet des objets, le cloud et les capteurs. Le lien entre les trois s’est fait lors d’une conversation avec un neurologue exerçant à Paris. Il a tout de suite été conquis par l’utilité de la plateforme.

Avec la création et la commercialisation de ce produit, quel est votre objectif ? 

L’hôpital est parfois un lieu où l’intégration des nouvelles technologies a plusieurs années de retard. Le but du projet est de faire bénéficier aux patients et aux médecins des dernières innovations. En découlent un diagnostic et un suivi des troubles neurologiques plus rapides, plus simples et plus efficaces.

C’est une idée novatrice dans le domaine et qui semble avoir de l’avenir. Comptes-tu l’exploiter davantage ces prochaines années ?

Effectivement, nous prévoyons de décliner le concept pour d’autres pathologies et d’étendre l’utilisation du Neuronaute dans le cadre de la surveillance des malades à domicile.

27 février 2015

Partager cet article

  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Partager sur Google+