Efrei Home vu par un professeur : Étienne - Efrei Paris

Efrei Home vu par un professeur :
Étienne

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. En cette période de confinement, Efrei Paris a instauré le télétravail pour les salariés et les cours en ligne pour tous les étudiants. La bonne volonté a accompagné cette mise en place et après un mois d’exercice, découvrez comment le vivent les professeurs à travers le témoignage de Étienne.

Efrei Home vu par un professeur :
Étienne
arrow-down

Efrei Paris a exceptionnellement fermé ses portes vendredi 13 mars pour les étudiants et lundi 16 mars pour les salariés.
Cependant, cette fermeture ne signifie pas que les cours sont annulés, car en tant qu’école de numérique, ce scénario avait déjà été envisagé.
Les cours sont donc assurés, à distance, par les enseignants d’Efrei Paris et les élèves confinés ont tous les outils en main pour poursuivre leur apprentissage. Voici quelques témoignages de cette nouvelle organisation avec dans cet article le témoignage de Étienne.

  •  Avez-vous été informés rapidement de la mise en place de cours à distance ? 

« Immédiatement, en réalité nous l’avions anticipé avec la DE (Direction des Études) et la DIR (Direction de l’Innovation et de la Recherche) c’est pourquoi j’ai commencé à former, à travers 3 sessions entre le 9 et le 13 mars, les enseignants qui le souhaitaient/pouvaient à la prise en main des rudiments de Teams. En parallèle j’ai produit et mis à disposition différents tutoriels. »

 

  •       Les moyens utilisés vous satisfont-ils (Teams, Zoom,…) 

« Les retours sur Teams sont plutôt positifs une fois la phase d’acclimatation passée : l’outil est robuste, il offre davantage de fonctionnalités que Zoom (qui est par ailleurs plébiscité par ceux qui le connaissent pour sa simplicité), les enseignants arrivent à proposer des cours, TD et TP qui semblent contenter les étudiants.

Le nombre de présents est constant voire en hausse dans certains cours et certains n’hésitent pas à poser par écrit des questions qu’ils n’auraient pas envisagées à l’oral. Mais d’un côté comme de l’autre, le constat est fait que les interactions sont perfectibles et que l’on ne peut simplement transposer ce qui existait en présentiel.

C’est donc un lien vers l’étape suivante : au-delà de l’urgence initiale comment faire évoluer les contenus, les attentes, les modalités d’évaluation… à la formation à distance ? »

 

  •       La mise en place a-t-elle été compliquée (problèmes de micros, difficulté d’adapter les supports de cours) ?

« Globalement la question technique s’est plutôt bien passée, avec des disparités selon l’acclimatation au numérique des uns et des autres. Effectivement une première rétroaction de la part des enseignants et des délégués de classe a été que, lors de certaines réunions chacun pouvait arbitrairement couper le micro, et même expulser, un camarade ou l’enseignant. Ceci tient au fait que Teams a une vocation collaborative donc son paramétrage par défaut est très ouvert. Nous avons rapidement communiqué auprès des professeurs pour leur rappeler l’importance de s’assigner le rôle de seul présentateur surtout lors des cours magistraux. Lors de TD en petits groupes (20 étudiants) le paramétrage par défaut permet d’échanger de façon plus fluide. Par ailleurs, Microsoft a annoncé une option attendue, qui existe déjà sur Zoom : lever la main.

L’adaptation des supports de cours est diverse selon ce qui est enseigné, en effet pour un professeur de mathématiques qui a l’habitude d’écrire des formules au tableau il faut trouver des alternatives : les plus chanceux ont une tablette avec un stylet et peuvent utiliser Microsoft whiteboard pour partager ce qu’ils écrivent, d’autres filment un tableau Velléda chez eux, d’autres encore une feuille de papier à l’aide d’une webcam externe ou d’un visualiseur comme le HUE HD Pro. Lorsqu’un Powerpoint était diffusé durant l’amphi il est retransmit par partage d’écran lors des réunions Teams, l’enseignant peut d’ailleurs laisser chacun libre d’avancer et reculer à son rythme dans la présentation.

Pour les cours de Code, l’enseignant peut partager son écran ou sa fenêtre à la volée et adapter son discours aux demandes. Lors des TD de programmation Teams offre la souplesse de pouvoir partager du code formaté dans de nombreux langages dans l’interface de chat.

Enfin, deux conférences ont été organisées en direction des étudiants de L2 par le département de Jean Soma avec un intervenant externe enseignant à Science Po : Dominique Reynié, le mardi 31 mars de 11h à 12h et un autre  le 2 avril de 17h à 18h par le service des Relations Internationales pour présenter le semestre de mobilité au premier semestre de L3. Ces deux événements en direct nous ont permis de diffuser en streaming avec une interface de questions réponses modérées pour interagir avec les près de 400 étudiants. »

  • Trouvez-vous que la qualité des cours a été impactée (en bien ou en mal) (pour les enseignants ça peut être la qualité des cours vu par vous ) ?

« Je pense qu’il y a eu une perte de qualité, notamment la première semaine, d’abord parce que tout le monde n’était pas au même niveau de préparation, ensuite il faut avoir en tête qu’enseigner en présentiel et enseigner en distanciel ne se conçoit pas de la même façon, avec des contraintes spécifiques à chacune des modalités.

Ce que je retiens surtout, c’est le positif de l’efficience de notre capacité d’adaptation, car très rapidement après les premiers cours test, chaque enseignant a commencé à se et me poser la question des axes d’amélioration et se projeter dans le futur vers les évaluations.

Deux citations, la première d’un étudiant « il a fallu attendre une crise sanitaire pour qu’Efrei Paris propose des cours en ligne, enfin ! » la seconde d’un enseignant « Je travaille pour 4 établissements et c’est de loin vous qui proposez le meilleur accompagnement ». »

 

  •       Et surtout comment vous le vivez ? Est-ce que c’est plus facile ? Est-ce que la charge de travail  est importante ? Bref votre ressenti global. 

« Comment je vis le confinement et la bascule en 100% télétravail, j’ai le confort du travail à domicile esquissé par le travail, m’évitant des temps de transport conséquents, mais avec un surcroît d’activité car depuis plus de deux semaines (week-end inclus) je travaille près de 10h par jour.

J’espère, au-delà de la période du Covid19, nous saurons capitaliser sur cette expérience tant pour imaginer du blended learning pour nos diplômes que pour envisager le télétravail de manière sereine à l’échelle de l’établissement. »

 

  •       Avez-vous mis en place des actions en ligne pour garder/créer du lien avec vos camarades/vos collègues ?

«  La CHO Team a créé une équipe Teams « Place du village » qui propose de se retrouver à 11h ou à 16h dans un moment de détente c’est donc une occasion formelle, par ailleurs je prends régulièrement des nouvelles de plusieurs collègues. »

 Etienne Lambert , Ingénieur technico-pédagogique au sein d’Efrei Paris

28 avril 2020

Partager cet article

  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Partager sur Google+