Devenir ingénieur,
une vocation

Et si l’informatique et les technologies du numérique permettaient de construire un monde plus facile à vivre, plus inventif, plus juste, plus dynamique, plus humain ? Le secteur du numérique connait un formidable essor. Chaque jour, il réalise des défis qui dynamisent l’ensemble des activités humaines et économiques et participe directement au progrès général de l’humanité : médecine, biologie, physique, aéronautique, environnement, énergie, transports, éducation, objets « intelligents » (domotique, GPS…), finance, recherche…

Devenir ingénieur,
une vocation

Et si l’informatique et les technologies du numérique permettaient de construire un monde plus facile à vivre, plus inventif, plus juste, plus dynamique, plus humain ? Le secteur du numérique connait un formidable essor. Chaque jour, il réalise des défis qui dynamisent l’ensemble des activités humaines et économiques et participe directement au progrès général de l’humanité : médecine, biologie, physique, aéronautique, environnement, énergie, transports, éducation, objets « intelligents » (domotique, GPS…), finance, recherche…

  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Partager sur Google+

L'ingénieur du numérique, le premier constructeur du monde de demain.

Parce qu’il travaille essentiellement à l’amélioration de l’ensemble des conditions de vie des hommes, l’ingénieur en informatique et technologies du numérique représente le premier constructeur du monde de demain. Par ses compétences à la fois scientifiques, techniques et managériales, il est naturellement appelé à assumer de hautes responsabilités.

Si les ingénieurs bénéficient globalement d’excellentes conditions sur le marché de l’emploi, le numérique est sans conteste le secteur le plus dynamique en termes de création d’emploi et de développement, et le restera pendant encore de nombreuses années.

 

Qu’est-ce qu’un ingénieur généraliste en informatique et technologies du numérique ?

Les technologies du numérique englobent l’ensemble des technologies nées de l’application de l’informatique (en tant que science et technique) telles que la programmation, le Big Data, les objets connectés, l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle et augmentée, la robotique, la domotique, les réseaux et télécommunications, les systèmes embarqués … Une variété de domaines d’application qui fait de l’ingénieur du numérique un ingénieur généraliste.

Ses missions : apporter des solutions innovantes à des problématiques d’ordre technologique dans les domaines du numérique. Pour relever les défis auxquels il est confronté, l’ingénieur doit développer des compétences scientifiques, techniques (en informatique et technologies du numérique), managériales et humaines.

Efrei Paris accorde une place importante de son cursus au développement de « soft skills ». Ces dernières renvoient à un ensemble de compétences comportementales, transversales et humaines (communication, esprit d’équipe, créativité…) qui sont essentielles à l’efficacité du travail en entreprises et de plus en plus prisées par ces dernières. De plus, face à un marché mondialisé, l’ingénieur doit également maîtriser l’anglais et être capable de travailler dans des contextes pluriculturels.

Enfin, le titre d’ingénieur renvoie à une grande variété de métiers en fonction desquels l’ingénieur peut être amené à concevoir, développer, améliorer, conseiller, vendre, déployer et/ou diriger des projets, entouré le plus souvent d’une équipe.

ingenieur

Des secteurs porteurs.

La transformation numérique des entreprises porte la croissance du secteur informatique.

Dans un marché du travail en pleine mutation, devenir ingénieur généraliste en informatique et technologies du numérique offre d’extraordinaires opportunités professionnelles en France comme à l’international. Courtisés et chassés par les entreprises, les ingénieurs du numérique connaissent des conditions exceptionnelles : insertion professionnelle record, salaires attractifs, carrières dans tous les secteurs d’activité, diversité des métiers…

« Ce qui est nouveau depuis environ deux ans, c’est que les nouvelles technologies ne remplacent pas les précédentes mais s’y ajoutent.», explique Godefroy de Bentzmann, président de Syntec Numérique.

Secteur du numérique, repères :

Sources : France Stratégies et la Dares « Étude prospective sur les métiers d’ici 2022 »

  • Le nombre d’emplois dans le domaine de l’informatique devrait encore progresser […] avec un rythme bien supérieur à celui des autres métiers (+1,8%)[…] Ainsi, les techniciens et surtout les ingénieurs de l’informatique devraient continuer à bénéficier de perspectives d’emploi favorables, respectivement +1,1% et +2,3% de créations nettes par an…»

Sources : Syntec Numérique

  • Prévisions : 3,6 % de croissance en 2018* (après 3,4 %  de croissance en 2017) et plusieurs milliers d’emplois à la clé.
  • Avec plus de 19 000 créations nettes d’emplois attendues pour 2018, le secteur logiciels et services a été fortement créateur d’emplois pour la septième année consécutive.
  • Le Secteur du numérique recrute chaque année en moyenne 40 000 cadres quand l’industrie en recrute 26 000, la banque-assurances 13 000 ou encore le commerce 18 000. Le numérique est un secteur qui tire la croissance de toute l’économie.
  • Selon l’APEC, le secteur aurait recruté près de 50 500 cadres dans le domaine du numérique en 2017.

Sources : l’association Talents du numérique (ex Pasc@line) qui réunit entreprises et établissements du numérique.

  • Chaque année il nous manque 10 000 diplômés dans le branche, dont une majorité d’ingénieurs