Majeure
Imagerie et Réalité Virtuelle

La Majeure Imagerie et Réalité Virtuelle forme des ingénieurs capables de travailler sur des systèmes complexes basés sur l’imagerie numérique, que ce soit pour effectuer des traitements à partir d’images existantes, pour créer des scènes virtuelles, voire même associer réel et virtuel pour la réalité augmentée.

Choisis ton mode de navigation pour cette page :

Témoignage(s)

La majeure Imagerie et Réalité Virtuelle présentée par :

Majeure
Imagerie et Réalité Virtuelle

La Majeure Imagerie et Réalité Virtuelle forme des ingénieurs capables de travailler sur des systèmes complexes basés sur l’imagerie numérique, que ce soit pour effectuer des traitements à partir d’images existantes, pour créer des scènes virtuelles, voire même associer réel et virtuel pour la réalité augmentée.

Choisis ton mode de navigation pour cette page :

Témoignage(s)

La majeure Imagerie et Réalité Virtuelle présentée par :

  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin
  • Partager sur Google+

Mon parcours

L’ouverture d’Efrei Paris sur bien des aspects m’attirait déjà, mais c’est en découvrant la majeure Imagerie et Réalité Virtuelle que j’ai su que je voulais être ingénieure. C’est la majeure qui nous forme aux technologies qui imprégneront demain notre quotidien. Elles trouvent des applications dans tout ce qui nous entoure, la seule limite est l’imagination et le génie humains.

À l’issue de ma prépa intégrée à Efrei Paris et de la fin du cycle Licence, j’ai choisi de rejoindre la majeure IRV (Imagerie et Réalité Virtuelle) pour mon cycle Master ;

à l’origine, j’ai intégré l’école en passant par la « Prépa Rentrée Décalée », le programme de réorientation permettant aux étudiants en 1re année de formation scientifique d’atteindre la 2e année au bout de 4 mois de formation accélérée.

La majeure IRV était pour moi le meilleur moyen de satisfaire mes appétences à la fois scientifiques et artistiques, et de passer derrière le décor de l’une de mes passions : le jeu vidéo.

Les +

hexacone-icone-formation_Plan de travail 1

Ouverture vers le monde extérieur

curiosite2

Éveil à la curiosité

hexacone-icone-formation_Plan de tavail 1 (00000002)

Apprentissage de l'autonomie

hexacone-icone-formation_Plan de travail 1 (

L'esprit d'équipe

hexacone-icone-formation_Plan de travail 1 (00000002)

Apprentissage des savoir-être

hexacone-icone-formation

Créateur d'opportunités

Les +

de la pédagogie

L’entrée en cycle ingénieur a été pour moi l’instant de révélation. Les méthodes et connaissances générales acquises en cycle prépa forment le socle sur lequel on s’appuie en cycle ingénieur pour mener des projets qui prennent de plus en plus d’envergure et nous tiennent à cœur : la théorie prend tout son sens et tout devient concret, de sorte que l’étudiant s’épanouit et atteint progressivement un niveau professionnel. Et puis la 3D, la réalité virtuelle, l’intelligence artificielle… tout cela m’avait toujours fascinée, si bien que je ne me voyais plus étudier et travailler dans quoi que ce soit d’autre.

Double-diplôme

La majeure IRV m’a donné la possibilité et l’envie de passer ma dernière année d’études au Québec afin d’obtenir un double-diplôme : la maîtrise en informatique à concentration en jeux vidéo de l’UQAC (Université du Québec à Chicoutimi), en plus de mon diplôme d’ingénieur Efrei Paris. Sans même évoquer tout ce que cela m’a apporté humainement, c’est une opportunité incroyable qui m’a permis d’approfondir les notions abordées en première année de master ainsi que d’autres que je n’avais jamais pu creuser jusque-là. Les conditions sont exceptionnellement propices à la création de jeux vidéo : parallèlement aux divers enseignements proposés par l’université (en intelligence artificielle, réalité virtuelle, mathématiques et physique, moteurs de jeu, conception et développement de jeux vidéo…), les étudiants sont encouragés à la création à travers plusieurs événements tels que les « Game Jams » ou encore le concours universitaire organisé par Ubisoft Montréal. Ces compétitions permettent à des étudiants aux compétences et aux horizons très variés de se rassembler autour de projets communs et de repousser leurs limites techniques et créatives.

MES PROJETS

Les projets sont une part essentielle de la formation d’ingénieur qui nous apprend à être curieux et autonome, et nous prépare ainsi à notre vie professionnelle. Ils sont le théâtre de rencontres, d’échanges et de collaboration, de challenges, d’erreurs et de réussites. Ils sont les succès sur lesquels on s’appuie pour avancer, et les échecs desquels on se relève pour faire mieux la prochaine fois : ils sont la meilleure façon d’apprendre qui soit.

À Efrei Paris, le parcours est jalonné par les différents projets. Les projets de cours permettent de mettre en application la théorie étudiée en cours qui fait partie intégrante de l’évaluation d’un module. Les modules techniques et scientifiques se prêtent particulièrement bien au jeu : développement d’un petit « jeu » en ligne de commande pour apprendre le langage C, d’un calculateur de polynômes pour étudier les structures de données, d’un automate pour étudier la théorie des langages… l’idée est de faire réfléchir et travailler les étudiants sur des concepts le plus concrètement possible.

Les modules de formation humaine ne sont néanmoins pas en reste, et le « Grand Discours » en cours de Culture et communication en est l’un des meilleurs exemples : il s’agit d’une sorte de « baptême du feu » prenant la forme d’un exercice oratoire très complet, où l’on doit rédiger un plaidoyer sur le thème de notre choix puis le prononcer devant sa classe (et pour les plus chanceux, devant toute la promotion). Là où les projets « techniques » sont indispensables à la formation d’ingénieur en informatique pour l’apport de connaissances et d’expérience qu’ils constituent, les projets de formation humaine sont ceux qui vous forgent en tant qu’adulte en devenir.

Les projets « transverses », qui arrivent un peu plus tard dans le cursus, ont pour vocation de combiner les compétences scientifiques et techniques et les compétences humaines : les projets sont alors plus complets, ressemblant de plus en plus à des projets qui pourraient être menés « en vrai », en dehors du cadre scolaire. Ce sont précisément ces projets qui nous préparent au métier d’ingénieur et qui constituent les premiers accomplissements que l’on peut réellement présenter avec fierté. L’un des plus importants projets scolaires auxquels j’ai pu participer à Efrei Paris est le « Projet Innovation en M1. Notre projet, « Hikma », était une application ludique visant à détecter la précocité intellectuelle chez les enfants. Ce projet nous a valu de participer à l’« Innovation Day », concours organisé par Efrei Paris où les équipes sélectionnées présentent leur projet à un jury de professionnels. En savoir plus le projet Hikma.

Mon Expérience

à l'international

« Partir à l’aventure », découvrir un autre monde et apprendre à m’adapter à ce nouvel environnement pour y vivre est devenu une sorte de drogue, un défi personnel à relever qui me rendait à chaque fois plus forte, plus adulte et plus indépendante. Je n’ai donc plus arrêté de voyager jusqu’à maintenant : chaque année à Efrei Paris, je suis partie à l’international plus ou moins longtemps. Encore euphorique de mon séjour à Manchester, j’ai choisi de partir en immersion académique de troisième année à l’université de Stafford, tandis que je logeais à Birmingham avec deux de mes camarades. Je garde de cette immersion des souvenirs impérissables ; cette immersion a duré un semestre et était aménagée de façon à nous laisser du temps libre pour travailler et profiter de la vie locale, ce que nous avons fait. Les conditions étaient très propices au travail, parce que c’était très équilibré et parce que le système éducatif anglais encourage les étudiants à l’autonomie, ce qui est très gratifiant et responsabilisant.
Voir l’intégralité du parcours à l’international d’Élise

Mon expérience

associative

L’une des marques de fabrique d’Efrei Paris réside dans la richesse et le dynamisme de sa vie associative. Elle compte une cinquantaine de clubs et d’associations. Une diversité qui témoigne de l’affection que les étudiants et l’école portent à l’esprit entrepreneurial : comme on aime le dire à Efrei Paris, « si tu ne trouves pas d’association qui te plait, tu n’as qu’à la créer ». Mais plus important encore, les associations sont l’espace où se consolident les liens de solidarité et camaraderie entre Efreiens : les différentes promotions se mélangent, échangent, s’entraident et finissent bien souvent par se lier d’amitié au-delà des barrières auxquelles j’avais constamment été confrontée tout au long de ma scolarité.Prendre part à une cause humanitaire, à quelque chose qui dépasse notre propre personne, notre propre intérêt et notre confort, donner de soi-même dans le seul but d’aider les autres est une expérience d’une puissance rare, qui affûte l’esprit autant qu’elle l’ouvre. J’ai fait des choses dont la petite lycéenne que j’étais ne se serait jamais sentie capable, et j’ai senti que ce que je faisais avait enfin de l’importance. Lire la suite

DIPLÔMES & DÉBOUCHÉS

Notre formation à Efrei Paris nous fait développer des compétences aussi bien techniques que communicationnelles, ce qui fait de nous des potentiels privilégiés sur le marché. En s’en donnant les moyens, on peut être bon techniquement et capable d’en parler efficacement. On apprend à être polyvalent, agile, dynamique, à apprendre vite de nouvelles choses pour ne pas se laisser dépasser par le progrès technologique.

Plus spécifiquement à l’issue d’une majeure IRV, on se spécialise en traitement de l’image et reconnaissance de formes, en infographie (la science de la synthèse d’images numériques), en intelligence artificielle, en réalité augmentée et en réalité virtuelle. Le traitement de l’image et l’intelligence artificielle trouvent nombre d’applications industrielles. On aborde également le moteur de jeu Unity, qui ouvre la porte du jeu vidéo ; pour ceux qui veulent s’y engouffrer, effectuer une maîtrise en jeu vidéo au Québec en double-diplôme, comme je l’ai fait à l’UQAC, est une opportunité en or qui vous donnera les moyens de vous lancer dans ce milieu. On y aborde aussi bien l’aspect technique (notamment le développement) que la création et les pratiques du métier, et les occasions sont nombreuses pour se faire la main avec d’autres étudiants aussi motivés que vous et préparer son « portfolio » (récapitulatif de ses créations vidéoludiques). Dans tous les cas, l’implication personnelle est de rigueur, mais cela se fait naturellement lorsque l’on est passionné !

INSERTION
PROFESSIONNELLE

Les nombreux stages que l’on effectue à Efrei Paris (quasiment un par année, à l’exception de la troisième année où il est optionnel) et les projets que l’on réalise au fil de notre cursus (dans le cadre scolaire ou non) nous professionnalisent progressivement pour nous préparer au monde du travail. Et qu’il s’agisse des stages ou des projets, ceux-ci progressent en même temps que nous et deviennent de plus en plus complexes, prennent de plus en plus d’ampleur et d’importance. En plus de la formation, notre engagement associatif fait de nous de bons communicants et de bons entrepreneurs. Notre ouverture à l’international témoigne de notre agilité et de notre forte adaptabilité. Tout cela est grandement apprécié des entreprises et extrêmement formateur si vous souhaitez monter votre propre entreprise.
Efrei Paris met également beaucoup d’outils et d’événements en place pour faciliter notre rapprochement des entreprises, notamment avec le Talent Day qui fait venir une centaine d’entreprises pour nous rencontrer et bien souvent nous faire des offres de stage ou d’emploi.
Le réseau des anciens est également très actif et puissant, héritage de la camaraderie efreienne. J’avais par exemple contacté en première année Mathieu Nebra, un ancien qui a fondé le site OpenClassrooms (ex-Site du Zéro) et qui a révolutionné l’éducation en ligne, en passant par le réseau des anciens pour un projet scolaire où l’on devait interviewer un ingénieur ; celui-ci m’a très rapidement répondu positivement et j’ai pu visiter ses locaux et l’interviewer.
Mais une fois de plus, c’est à vous de faire la différence. C’est vous qui construisez votre chemin académique et professionnel. Faites un travail d’introspection, réfléchissez : qu’est-ce qui vous passionne suffisamment pour que vous ne comptiez pas les heures ? Une fois que vous aurez trouvé, donnez-vous les moyens d’en vivre. La force d’Efrei Paris est que, si l’on ne l’était pas déjà, on devient bien souvent audacieux et que l’on fait le nécessaire pour obtenir ce que l’on souhaite et se faire sa place : vous avez le moyen de le faire, il n’en tient qu’à vous.