Arnaud Meunier [Promo Efrei 2006], créateur de Twitoaster

 

Arnaud Meunier [Promo Efrei 2006] a fait l’objet d’un article dans le New York Times du 7 décembre 2009, pour la création d’une fonctionnalité Twitter gratuite : Twitoaster.

Emmanuel Guiton [Promo Efrei 2002], ancien président et actuel vice-président de l’A.I.EFREI – Association des anciens élèves de l’Efrei – l’a interviewé.

 

Twitoaster

Quel a été ton cursus à l’Efrei ? Quels souvenirs gardes-tu de cette période ?
Après un bac scientifique, j’ai intégré l’Efrei (cycle prépa + ingénieur) en 2001 et j’ai suivi la spécialisation réseau. Diplômé en 2006, j’en garde de bons souvenirs et de solides amitiés !

Avais-tu déjà la fibre entrepreneur à l’époque ?
C’est durant mes années Efrei que j’ai monté un projet Web du nom d’Hyjoo, portail d’information généraliste s’appuyant sur des forums de discussions. Je n’ai jamais abandonné le site, il enregistre à l’heure actuelle une moyenne de 500.000 visiteurs uniques par mois.

Le temps venant à manquer, j’ai confié l’administration quotidienne du portail et la gestion de son équipe de modération (une petite vingtaine de personnes) à deux amis, dont un ancien de l’Efrei.

Depuis ton diplôme, comment as-tu démarré ta carrière professionnelle ? Qu’as-tu fait avant de créer ton entreprise ?

Attiré par une expérience à l’international à ma sortie de l’Efrei, j’ai signé en tant qu’ingénieur projet chez Grass Valley (leader mondial dans les domaines de l’image vidéo professionnelle – groupe Thomson). J’ai ainsi été amené à travailler sur le déploiement, l’installation et la recette de systèmes répartis pour des chaînes télévisées du monde entier. Par exemple au Qatar (Al Jazeera International), au Brésil (Rede Record), en Belgique (VTM), en Pologne (Puls TV)…

Intéressé par les demandes clients récurrentes en termes de services vidéos mobiles, chose que ne proposait alors pas GV, et souhaitant me mettre à mon compte, j’ai alors eu l’idée de développer moi-même ce type de service. Démission début 2008, création de mon entreprise (Primob SARL) et retour à la maison (siège de l’entreprise :p) pour le développement d’un service permettant de diffuser facilement de la vidéo sur téléphone portable. J’en ai finalisé une première version début automne 2008.

Comment t’es venue l’idée de créer Twitoaster ?
Fin 2008, la crise économique terrorise des clients pourtant jusque là intéressés, et je me retrouve dans une position très inconfortable. Je décide alors d’axer le produit B2C, dans un milieu dont on parle avec prudence mais qui connait une demande très forte en matière de vidéo sur mobile : l’industrie adulte.

Pour la communication, je choisis de passer par Twitter, et je développe alors un petit outil pour gérer plus efficacement mes conversations. C’est précisément ce petit outil qui va être l’objet d’un grand intérêt. Je lui donne un nom, « Twitoaster », et développe de nouvelles fonctionnalités.

Le service prenant de l’ampleur, ReadWriteWeb me contacte et publie un article en mai 2009. La croissance s’accélère et je vois débarquer tout un tas de personnalités soucieuses de gérer leur communication sur Twitter, dont le célèbre journaliste David Pogue. Il publie à son tour un article fin août 2009 dans le New York Times, suivis par d’autres journaux et blogs spécialisés. Depuis, je me consacre entièrement à Twitoaster.

Quels services offre Twitoaster ?
Twitoaster a donc démarré sur l’idée de gérer efficacement ses conversations sur Twitter, de façon à pouvoir remettre dans leur contexte les réponses (@replies) que l’on reçoit. Ainsi, quand tu lis quelque chose comme « @emmanuel C’est énorme !! » tu comprends exactement ce qui rend ton interlocuteur si hystérique…

Twitoaster récupère maintenant tout le « contexte » des conversations (images, liens, tags, etc.) et fournit des statistiques, notamment sur les jours / heures d’échanges les plus intenses (à quel moment ai-je le plus d’audience ? sur quels mots clefs ?). Il y a également un moteur de recherche permettant de retrouver, de classer et de filtrer toutes les conversations (gardées ici indéfiniment, contrairement à Twitter). On y retrouve ainsi – en plus des utilisateurs classiques – beaucoup de blogueurs et de journalistes, mais aussi d’entreprises qui utilisent par exemple Twitoaster comme un CRM.

La plus grosse fonctionnalité à venir est l’API. Cette dernière va notamment permettre l’externalisation de toutes les données et services Twitoaster (conversations, statistiques, recherche, etc.). L’idée est bien entendu de pouvoir travailler avec d’autres services et entreprises, mais aussi de permettre à n’importe qui de développer une application, un site-web, un widget… s’appuyant sur les données Twitoaster. Pour illustrer son utilité, je travaille en parallèle sur un plugin WordPress, le célebre CMS utilisé par bon nombre de blogs et sites médias.

(NDLR : pour une description complète des services, se référer au guide de présentation.)

Tu travailles à plein temps sur cette entreprise. Quel modèle d’affaires mets-tu en œuvre pour parvenir à la rentabilité ?

Il y a plusieurs pistes qui se dessinent :

  • La publicité. Peu coûteuse à mettre en place, il me reste encore à mesurer les CTR (taux de clic) et CPC (revenu d’un clic) moyens pour mesurer son intérêt. J’attends d’avoir un peu plus de volume pour lancer les premiers tests.

 

  •  L’API. Si l’accès à cette dernière sera gratuit, je réfléchis à l’idée de la rendre payante en échange d’une qualité de service supérieure et/ou de fonctionnalités « premium ». J’y verrai plus clair peu de temps après son lancement, prévu dans quelques semaines.

 

  •  Le service. Twitter m’ayant ajouté à sa liste de développeurs recommandés, j’ai déjà reçu plusieurs demandes de la part d’entreprises soucieuses de se positionner sur Twitter. Aujourd’hui, il me manque du temps pour répondre positivement à ces appels. Mais j’espère bien arriver à dormir plus de 5 heures par nuit d’ici quelques mois.
08/03/2010